Avec une croissance annuelle de 7,5% en 2022, le marché de l’exportation de voitures neuves vers l’Algérie n’a jamais été aussi dynamique. Cet essor, porté par une demande locale en constante augmentation, a transformé le paysage automobile algérien, autrefois dominé par les véhicules d’occasion. Mais derrière ces chiffres prometteurs se cache une réalité complexe, faite de réglementations strictes, de taxes imposantes et de défis logistiques. Alors, comment naviguer dans ce labyrinthe de règles et d’opportunités ? Quels sont les pièges à éviter et les bonnes pratiques à adopter pour réussir dans ce secteur en pleine effervescence ? Nous avons mené notre enquête sur ce marché en pleine mutation.

Quels sont les avantages de l’exportation de voitures neuves vers l’Algérie ?

L’exportation de voitures neuves vers l’Algérie est un sujet qui suscite beaucoup d’intérêt. De nombreux automobilistes résidant en Algérie souhaitent profiter des avantages offerts par l’achat d’une voiture neuve en France. Chez Jugand Autos, en tant que vendeur professionnel et mandataire automobile, vous pouvez retrouver un service d’export de voitures neuves vers le Maghreb, y compris l’Algérie. Cette démarche présente de nombreux avantages, notamment la possibilité d’acheter hors taxe, c’est-à-dire sans régler la TVA française, et de payer les taxes directement dans le pays de destination.

Cependant, des frais de transit supplémentaires sont ajoutés à la facture finale. L’exportation de voitures neuves en Algérie nécessite également des démarches administratives, mais leurs équipes internes se chargent de tout pour que votre véhicule arrive à bon port.

Ils peuvent exporter votre voiture vers plusieurs ports d’arrivée en Algérie, tels que le port d’Alger, de Skikda, d’Arzew, d’Oran, de Bejaïa, de Zemmouri El Bahri, etc.

Quelles sont les conditions pour exporter une voiture neuve en Algérie ?

Avant de vous lancer dans l’exportation d’une voiture neuve en Algérie, il y a certaines conditions à respecter. Tout d’abord, seuls les ressortissants algériens enregistrés dans un consulat d’Algérie depuis au moins trois ans peuvent importer en franchise de droits et taxes douanières un véhicule neuf, à condition de posséder un Certificat de changement de résidence (CCR).

  Pourquoi faire appel à un commissionnaire de transport ?

Les véhicules éligibles à l’importation sont

  • les véhicules de tourisme neufs,
  • les véhicules utilitaires neufs,
  • les véhicules à deux roues neufs soumis à une immatriculation.

Pour obtenir un CCR, il faut avoir plus de 19 ans, être enregistré et immatriculé dans un consulat à titre principal, ne jamais avoir bénéficié d’un CCR auparavant et justifier d’un séjour de plus de trois ans à partir de la date de dépôt du dossier au consulat.

Un changement de réglementation profitable

Récemment, l’importation automobile en Algérie a été autorisée pour les véhicules de moins de trois ans. Cette décision ouvre de nouvelles perspectives pour les concessionnaires, qui pourront désormais choisir parmi une large gamme de véhicules provenant d’Europe ou d’autres pays du monde. Cependant, il est souhaitable de noter que seuls les étrangers ou les Algériens résidant à l’étranger sont autorisés à importer une voiture en Algérie.

Pour les Algériens souhaitant rentrer définitivement au pays, certaines conditions doivent être remplies, notamment la possession d’un véhicule neuf accompagné d’un certificat de conformité européen. Pour obtenir un certificat de changement de résidence, il faut être âgé d’au moins 19 ans, être enregistré au consulat et justifier d’un séjour de trois ans en Algérie. Toutefois, si l’importation d’une voiture ne correspond pas à vos besoins, il est possible d’opter pour la location de voiture en Algérie.

  Législatives 2022: quid du transport et de la logistique ?

Comment optimiser le processus intelligemment ?

La réussite de l’exportation de véhicules neufs vers l’Algérie repose sur une bonne préparation et une connaissance approfondie des réglementations en vigueur. Il faut se renseigner sur les spécificités douanières algériennes et les formalités administratives à accomplir. Par exemple, il est important de savoir que les véhicules importés doivent être conformes aux normes de sécurité et d’émissions de gaz à effet de serre en vigueur en Algérie.

Il est également recommandé de faire appel à un transitaire professionnel pour faciliter le processus d’exportation. Ce dernier peut prendre en charge toutes les formalités liées au transport du véhicule, comme l’obtention des documents nécessaires, la réservation de l’espace de fret, le dédouanement, etc. Il peut également vous aider à éviter les éventuelles complications liées à l’exportation de véhicules.

Enfin, il est important de prendre en compte les coûts supplémentaires liés à l’exportation de véhicules neufs vers l’Algérie. Ces coûts peuvent inclure les frais de transport, les taxes douanières, les frais d’assurance, etc. Il est donc recommandé de faire une estimation précise de ces coûts avant de procéder à l’exportation.

🚗​ comment importer une voiture neuve en algérie ? 🇩🇿

Samir de Oran : « les frais d’importation et de douane peuvent être assez élevés »

La réglementation algérienne en matière d’importation de véhicules est assez stricte et nécessite une bonne connaissance des procédures.

  Entreprise d'import export : les stratégies payantes

Il faut savoir que l’Algérie a mis en place des restrictions sur l’importation de véhicules neufs pour protéger son industrie automobile locale. Cela signifie que vous ne pouvez pas simplement acheter une voiture neuve à l’étranger et l’expédier en Algérie. Vous devez passer par un concessionnaire agréé et respecter certaines conditions, notamment en termes de modèle et d’année de fabrication du véhicule.

Ajoutons que, les frais d’importation et de douane peuvent être assez élevés. Il est donc essentiel de bien planifier son budget et de prendre en compte tous les coûts associés à l’exportation d’une voiture neuve en Algérie. Enfin, notons que le processus peut prendre du temps, en raison des différentes formalités administratives à accomplir.