Tout d’abord, il est bon de rappeler que la tâche de la logistique reste la livraison du maximum de commandes en un minimum de temps et au moindre coût. Parmi les processus qui composent la supply chain, l’étape de préparation des commandes est cruciale. Elle mobilise des ressources et nécessite une bonne gestion pour être efficace. Elle peut être optimisée avec des actions et des meilleures pratiques qui permettent d’accélérer la livraison et de réduire les coûts associés. Nous vous invitons à analyser les problèmes liés à la préparation des commandes. Et on vous donne 5 conseils pour vous aider à l’optimiser.

En quoi la préparation des commandes est-elle la clé du succès logistique ?

La préparation de la commande influe de manière importante sur la satisfaction client finale. En effet, s’il reçoit sa commande en retard ou incomplète, son expérience devient décidément négative. Il en va de même lorsque l’emballage est endommagé ou ne contient pas les bons éléments. Or, à l’ère du e-commerce, un client insatisfait est un client qui change de marque. Ainsi, l’image de marque de l’entreprise est compromise. Aussi, mal maîtrisée, la préparation des commandes entraîne des coûts plus élevés, que ce soit en termes de ressources humaines ou de coûts de stockage. C’est pourquoi il est important de s’assurer que la préparation des commandes est bien gérée. Dans le processus de préparation d’une commande, il y a 3 points principaux, à savoir :

  • Ensemble complet : les marchandises sont récupérées par l’opérateur sur le lieu de leur stockage.
  • Tri : répartition des marchandises selon les commandes correspondantes
  • Emballage : regroupement et emballage des articles.

Le rôle du préparateur de commandes

Un préparateur de commandes est une personne qui s’assure que les commandes sont correctement préparées. Il collecte les informations nécessaires et avec le chariot, récupère la marchandise.

Pour mener à bien ces actions, il sélectionne parmi les documents qui lui sont fournis les équipements et consommables nécessaires à l’expédition (palettes, transpalettes, pictogrammes, emballages, etc.).

  Faut-il conserver l'assistance à la pompe pour les transporteurs ?

Il vérifie le produit (compatibilité, emballage, quantité), fait attention à l’emballage pour l’équilibrage des poids, reconditionne et vérifie la commande. Il appose des étiquettes sur le colis ou la palette. Chaque opération est enregistrée dans un système de contrôle informatisé.

Tous les éléments doivent être spécifiés, cela montrera si différents éléments sont disponibles. Avant l’expédition de la marchandise chez le client, le préparateur est le dernier maillon, il joue un rôle important dans le contrôle de la traçabilité de la marchandise. Il doit s’assurer que les règles d’hygiène et de sécurité sont respectées.

Optimisation des processus : les bonnes pratiques

Processus de préparation de commande différent d’une entreprise à l’autre. Il varie notamment en fonction de la nature des produits, du profil des clients, de la nature et du volume des commandes traitées.

Cependant, ces 5 bonnes pratiques peuvent être appliquées par tous les responsables logistiques qui souhaitent gagner en efficacité, que ce soit en termes de délais, de coûts ou de qualité.

Réduire les itinéraires de récupération

Lors de la préparation d’une ou plusieurs commandes, le donneur d’ordre peut être amené à parcourir de longues distances à pied ou à l’aide d’engins de manutention. Pour gagner du temps et gagner en efficacité, optimiser les itinéraires collecte et raccourcir les distances qui séparent l’opérateur des produits. Pour cela, il faut analyser les ventes et identifier les produits par la vitesse de leur rotation. En utilisant la méthode ABC, vous pourrez stocker les produits les plus populaires classés A sur les étagères les plus accessibles. Il faut également veiller à l’ordre de sélection des produits pour éviter les allers-retours inutiles.

Apprenez aux opérateurs à limiter les étapes inutiles

Pour augmenter la productivité de l’entrepôt, il est nécessaire de former des préparateurs. Ainsi, ils n’ont pas à répéter l’opération plusieurs fois pour une même commande et ils feront moins d’erreurs.

  Mentir sur son CV : les limites à ne pas franchir

La planification préalable du processus est également importante. Cette étape permet de planifier les zones de picking, d’emballage et d’expédition, ainsi que les itinéraires de picking. Il sert également à organiser les commandes par ordre de priorité et à stocker les produits de manière optimale. La longueur et la hauteur des palettes doivent être prises en compte lors du stockage des marchandises, ainsi que lors du transport.

Évaluer différentes méthodes de préparation des commandes

Plusieurs méthodes de picking sont possibles. Ainsi, le préparateur ne peut traiter qu’une seule commande à la fois (prélèvement automatique par article) ou plusieurs à la fois (collecte par groupes). Il peut aussi être amené à se diriger vers le produit (homme-marchandise) ou, à l’inverse, l’obtention du produit sur votre lieu de travail (biens pour homme). Ce dernier système est une panacée pour les grands entrepôts automatisés et nécessite souvent un investissement important. Cependant, il existe des systèmes de prélèvement automatique plus abordables tels que :

  • pick-to-light : minimise le risque d’erreur avec des signaux lumineux qui vous permettent de voir si le seuil de commande est élevé et aide à assurer un réapprovisionnement continu du stock au prélèvement. L’opérateur peut connaître rapidement l’état actuel des commandes,
  • sélection vocale : dans les grands entrepôts où il y a beaucoup d’inventaire, la sélection vocale est plus efficace. Cela permet aux opérateurs de parcourir rapidement chaque étape de la préparation de la commande,
  • clarification : c’est une méthode qui permet à l’opérateur de savoir dans quelle cellule il doit placer sa marchandise, grâce à des chariots équipés d’écrans lumineux. Il est également utile lorsque plusieurs commandes doivent être regroupées en même temps.
  Les entreprises de l'export ont elles résisté au virus ?

Utiliser un logiciel de gestion adapté

MAIS logiciel de gestion entrepôts, comme la solution Reflex WMS, permettent d’optimiser la préparation des commandes. En effet, l’étude de plusieurs KPI permet définir les freins l’efficacité des processus de préparation, comme un grand nombre de commandes en retard ou des temps de cycle internes trop longs. De plus, ce logiciel permetautomatiser un certain nombre de tâchescomme l’édition de documents (ordre de montage, bon de livraison, numéro de suivi colis, etc.) et l’amélioration de la gestion des stocks. WMS est également nécessaire si vous souhaitez intégrer une solution de picking automatisé telle que la voix ou la lumière. Découvrez nos conseils pour choisir un WMS adapté à vos besoins et à votre entrepôt.

Choisir la bonne solution de stockage

Emplacement l’entrepôt est le paramètre principal de l’efficacité de la préparation des commandes. Signalétique, largeurs des allées de préparation, emplacements des stocks, zones de picking, de tri, de préparation et d’emballage…

autant de critères à prendre en compte lors de la planification d’un entrepôt. De plus, selon le mode de picking que vous choisissez, l’entrepôt doit être adapté : rucher pour trier en séparant les articles, transstockeurs ou convoyeurs pour automatiser le picking, rayonnage dynamique, etc. Cela permettra aux préparateurs de commandes de travailler rapidement et efficacement.

Optimiser la préparation des commandes pour assurer une stratégie logistique efficace

Afin d’expédier les marchandises le plus rapidement possible, de réduire les coûts d’exploitation de l’entrepôt et d’assurer la satisfaction des clients, le responsable de la chaîne d’approvisionnement doit optimiser la phase de préparation des commandes.

Avec une organisation rigoureuse des préparateurs de commandes et les meilleures pratiques, et avec le soutien d’un logiciel de gestion, ce point critique de la chaîne d’approvisionnement peut être amélioré.